NEUFMAISON
ECOLES
SPORTS
ACTIVITES HISTORIQUE
PATRIMOINE
ACCUEIL
SIRAULT NEUFMAISON
Panneries ou tuileries
Le village ne fabrique plus de tuiles. Pourtant cette industrie si prospère autrefois remonte au temps des Romains. Le sous sol de Sirault, riche en roche carbonifère, en argile, en terre glaise, en silex et en sable a de tous temps, favorise la fabrication de la chaux, des briques, des tuiles et des poteries. Les Romains s'en étaient déjà aperçus et ces industries sont longtemps restées les principales occupations du village. 
  
En 1789, mille tuiles de Sirault valaient 55 livres. 
  
En 1870, Sirault possédait jusqu'à 36 tuileries ou panneries. 
  
Sur 500 mètres carrés, on trouvait trois panneries qui occupaient de deux à trois ouvriers, originaires soit de Sirault, soit de Neufmaison.
Tegulae, tuile romaine du 1er ou 2ème siècle après Jésus-Christ retrouvée à Sirault 
La tegula était dans l'Antiquité une tuile plate qui servait à couvrir les toits, faite ordinairement d'argile cuite au four, mais aussi, dans certains bâtiments somptueux, de marbre ou de bronze, et quelquefois dorée.
Ancienne pannerie Loiselet


Tuilerie mécanique du Hainaut "Lupan"
La tuilerie, a commencé ses activités avant la révolution de 1830. 
  
En 1868, l'ancienne tuilerie à main de Monsieur Morel, médecin de Sirault, fut transformée en tuilerie mécanique et dirigée par des français. Elle fut reprise ensuite par Monsieur Lupant, né à Frameries, et dirigeant du siège "Carabinier" des charbonnages de Pont-de-Loup. Les héritiers de ce dernier se constituèrent en Société Anonyme sous la dénomination de "Tuilerie mécanique du Hainaut", jusqu'en 1935 environ. C'est alors que Jules Duvinage devins actionnaire. 
  
En 1937, l'un des Lupant tombe mort et son beau-frère le suit de peu dans la tombe vers les années 1940, suite au choc qu'il a subi lors de la bataille de la Lys. C'est alors que M. François Lebailly reprend en mains la destinée des tuileries. Pas pour longtemps puisqu'il meurt en 1943. 
  
Il ne restait alors que les veuves Lupant et Jules Duvinage comme actionnaires et, en 1950 ce dernier rachète l'exploitation. 
Le père de Jules Duvinage a travaillé 66 ans, lui-même 55 années et son fils 13 ans, jusqu'à sa mort, survenue à l'âge de 35 ans, en 1961. C'est pour cet raison qu'il a fermée et tout vendu. Il ne reste plus rien de l'usine, les nouveaux propriétaires ont tout rasé.
La panne de Sirault 
  
La panne de Sirault se distinguait par sa simplicité, une simple ondulation permettait le recouvrement sans emboitement. 
Tout était fait à la main, on extrayait la terre glaise dans les bocages puis elle était placée en tas dans un malaxeur actionné par un cheval. Après avoir été pressée pour prendre sa forme, la tuile séchait naturellement durant trois ou quatre jours avant de cuire au four 48 heures. Un homme pouvait en faire 1.300 par jour.

Courrier de l'Escaut du 15 mai 1857 
  
Tribunal correctionnel de Tournai 
Audience du 2 mai 1857 
Pierre-Joseph Galand, propriétaire et fabricant de pannes à Sirault, est venu sur le territoire de Stambruges et y a utilisé sa promenade. Le gibier abonde dans cette localité. Il s'avisa de tendre des lacets, mais il fut mis en contravention et le tribunal le condamne à 100 francs d'amende ou dix jours de prison.
Copyright © 2021 - Tout droits réservés - SIRAULT.BE
Mangelinckx - Loiselet Marie-Line