NEUFMAISON
ECOLES
SPORTS
ACTIVITES HISTORIQUE
PATRIMOINE
ACCUEIL
SIRAULT NEUFMAISON
Gare de Neufmaison
La ligne de chemin de fer de Saint-Ghislain à Ath, qui traverse la localité du sud au nord, fut inaugurée en 1879 en deux tronçons, d'abord de Vaudignies à Ath à cause d'un éboulement survenu dans la tranchée à Villerot. 
Dans les premiers temps, une seule halte desservait Vaudignies et Neufmaison mais, en 1894, un point d'arrêt fut établi au centre de la commune, depuis 1934.
Le Soir du 16 mai 1908 
  
Une affreuse découverte a été faite hier soir le long de ligne de Saint-Ghislain à Ath. 
Des ouvriers piocheurs sont occupés à la réfection de cette ligne, entre les villages de Neufmaison et de Vaudignies-Neufmaison à un droit où le chemin de fer traverse le bois dit de « Baudour ». 
Un ouvrier en donnant un coup de pioche amena un morceau de linge, puis un second, intrigué, il fouilla la terre et à sa grande stupeur, mit à jour le cadavre d’un enfant nouveau-né, le corps entièrement décomposé, était entouré de linges. 
L’ouvrier continua ses recherches, bientôt il retirait un nouveau paquet de linge semblable au premier, quel ne fut pas son effroi lorsqu’il y aperçut un second petit corps en pleine décomposition. C’était également celui d’un nouveau-né. 
Les deux petits corps étaient enveloppés de linge de même provenance, semble-t-il, on n’y a pu découvrir aucune marque spéciale. Il a été pour le moment du moins, impossible de préciser le sexe des deux petits êtres. Les deux cadavres avaient été enfouis sur le dos dans le remblai sur lequel la voie est posée, à proximité des billes. 
Le parquet de Mons a été aussitôt prévenu, il est parti ce matin accompagné de deux médecins légistes. 
Lorsque les magistrats sont arrivés, la gendarmerie de Chièvres sur les indications des habitants de Vaudignies, avait déjà procédé à une arrestation, celle d’une cabaretière de la localité, Elise, Mahieu âgée de 30 ans. 
Le jardin attenant à l’établissement de cette femme donne sur le chemin de fer. Dès que la sinistre découverte fut connue, la rumeur publique accusa la tenancière du cabaret. Celle-ci aurait mis au monde, clandestinement, il y a un an, deux enfants, une fillette et un petit garçon, et les aurait enterrés vivants. 
Cette pénible affaire provoque dans toute la région un indicible émoi.

Copyright © 2021 - Tout droits réservés - SIRAULT.BE
Mangelinckx - Loiselet Marie-Line